Page:Gide - Un esprit non prévenu, 1929.djvu/56

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

à la même heure. Il dit aussi cela par réaction contre l’école romantique qui croit que l’inspiration ne va point sans désordre et ivresse. L’exaltation qui l’anime, maints scrupules viennent à l’encontre, et la tempèrent aussitôt.

— Mais l’œuvre ? direz-vous. Car, en art, les résultats seuls importent… Eh bien, il me faut l’avouer : les œuvres de Flaubert, je ne les admire plus beaucoup. J’ai peine à écrire ceci, qui me paraît un sacrilège… Oui, je sais, il n’est pas un de ses livres qui ne soit d’une tenue exemplaire. Il y a dans la Tentation des suites de phrases d’une sonorité inépuisable. L’Éducation Sentimentale reste, malgré lui peut-être, l’épopée de la médiocrité. Et certes, je pour-