Page:Gilbert - Le Dix-huitième Siècle, 1775.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Image Le Dix Huitième Siècle Gilbert.JPG


LE


DIX-HUITIÈME SIÈCLE.




SATIRE À M. FRÉRON.


Cest vainement, Fréron, qu’en tes ſages écrits
Dévouant nos Cotins à de juſtes mépris,
Tu prétens, du bon goût retarder la ruine ;
C’en eſt fait : ſur ces bords, où le Vice domine,
Plus puiſſante, renaît l’hydre des ſots rimeurs,
Et la chûte des Arts ſuit la perte des mœurs.
Par l’erreur & l’orgueil nommé Philoſophie,
Un monſtre, chaque jour, croît & ſe fortifie,
Qui, d’honneurs uſurpés, parmi nous revêtu,
Étouffe les talens & détruit la vertu :
C’eſt, en nous dégradant, qu’il brigue nos louanges ;