Page:Gilbert - Le Dix-huitième Siècle, 1775.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Précipité par lui du Ciel dépeuplé d’Anges,
Dieu n’eſt plus ; l’ame expire ; & Roi des animaux,
L’homme voit ſes ſujets devenir ſes égaux :
Ce monſtre toutefois n’a point un air farouche,
Et le nom des vertus eſt toujours dans ſa bouche.
D’abord, faible pigmée & novateur diſcret,
Pour mieux braver les loix, caché dans le ſecret,
Il prêchoit, ignoré, ſes maximes fatales :
Bientôt géant nourri d’intrigues, de cabales,
Il oſa, du public affrontant les regards,
Marcher ſur l’Hélicon, Juge & Dieu de nos Arts ;
Fermer à ſes rivaux le Temple de Mémoire
Ouvert aux ſeuls Auteurs, Apôtres de ſa gloire ;
Humilier les Rois, & Tyran des mortels,
S’aſſeoir ſur les débris du Trône & des Autels.
Jeune homme, il vous ſied bien d’inſulter la ſageſſe !
Attaquer ſes enfans ! quelle ſcélérateſſe !
Vous croyez donc en Dieu ? De quel ſiecle êtes-vous ?
Du moins, de votre honneur ſi vous êtes jaloux,
Gardez-vous de le dire, & reſpectez vos maîtres :
Croire en Dieu fut un tort permis à nos ancêtres ;
Mais dans notre âge ! allons ; il faut vous corriger ;
Éclairez-vous, jeune homme, au lieu de nous juger ;
Penſez : (à vos progrès ce défaut ſeul s’oppoſe ;)
Si vous ſaviez penſer, vous feriez quelque choſe :
Sur tout point de ſatyre ; oh ! c’est un genre affreux !