Page:Girard - Naufrage de l’Excel, paru dans Le Monde illustré, 13 février 1858.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

La chaloupe de l’administration rangea d’abord la jetée de l’est, puis se porta vigoureusement sur la goëlette naufragée. Elle fut arrêtée dans son élan par une ligne de brisants qu’elle ne put franchir ; elle voulut la tourner : ses efforts, qui la compromirent gravement un instant la portèrent trop à l’ouest et lui firent manquer son but.

Le canot du steamer fut plus heureux ; grâce à son faible tirant d’eau, il franchit ardemment la ligne du récif qui avait arrêté l’embarcation rivale. Après de longs efforts, il atteignit le lieu du sinistre et le marin survivant fut sauvé, aux acclamations de la foule qui s’agitait émue sur la plage.

Le navire naufragé était l’Excel, de Weymouth, capitaine Joseph Read. Il portait un chargement de granit de Guernesey à Londres. Son équipage était composé de six hommes. Quatre avaient sombré avec lui. Deux s’étaient réfugiés dans les hunes : le matelot William-Antony Combard que nous avons vu arraché miraculeusement à la mort, et le lieutenant Roberd Lée ; épuisé de fatigue. Ce dernier avait succombé vers minuit et disparu dans les flots.

FULGENCE GIRARD.