Page:Giraudoux - Électre.djvu/129

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE II


Même décor. Peu avant le jour.



Scène I


Électre toujours assise et tenant Oreste endormi. Le mendiant. Un coq. Une trompette lointaine.


LE MENDIANT. – Il n’est plus bien loin, n’est-ce pas, Électre ?

ÉLECTRE. – Oui. Elle n’est plus bien loin.

LE MENDIANT. – Je dis Il. Je parle du jour.

ÉLECTRE. – Je parle de la lumière.

LE MENDIANT. – Cela ne va pas te suffire que les visages des menteurs soient éclatants de soleil ? Que les adultères et les assassins se meuvent dans l’azur ? C’est cela le jour. Ce n’est déjà pas mal.