Page:Giraudoux - Électre.djvu/153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ÉLECTRE. – Oui. Oui. Attends là, sous la voûte. Et dès que je crierai Oreste, accours. Accours de toute ta vitesse. C’est que je saurai tout.



Scène V


Clytemnestre, Électre, le mendiant.


CLYTEMNESTRE. – Aide-moi, Électre !

ÉLECTRE. – T’aider à quoi ? À dire la vérité, ou à mentir ?

CLYTEMNESTRE. – Protège-moi.

ÉLECTRE. – Voilà la première fois que tu te penches vers ta fille, mère. Tu dois avoir peur.

CLYTEMNESTRE. – J’ai peur d’Oreste.

ÉLECTRE. – Tu mens. Tu n’as point peur d’Oreste. Tu le vois comme il est : passionné, changeant, faible. Il rêve encore d’une idylle chez les Atrides. C’est moi que tu redoutes, pour moi que tu joues ce jeu dont le sens m’échappe encore.