Page:Giraudoux - Électre.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Que dis-tu, misérable !

AGATHE. – Je dis que j’ai présentement deux amants, et que l’un des deux c’est Égisthe.

CLYTEMNESTRE. – Menteuse !

AGATHE. – Comment, elle aussi !

ÉLECTRE. – Toi aussi, mère ?

LE MENDIANT. – C’est curieux. Moi, j’aurais plutôt cru que si Égisthe se sentait un penchant, c’était pour Électre.

L’ÉCUYER, annonçant. – Égisthe !

ÉLECTRE. – Enfin !

LES EUMÉNIDES. – Égisthe !

Égisthe paraît. Infiniment plus majestueux et serein qu’au premier acte. Très haut, un oiseau plane au-dessus de lui.



Scène VII


Les mêmes, Égisthe, un capitaine, soldats.


ÉGISTHE. – Électre est là… Merci, Électre ! Je m’installe ici, capitaine. Le quartier général est ici.

CLYTEMNESTRE. – Moi aussi, je suis là.