Page:Giraudoux - Électre.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE MENDIANT. – Je savais que cela arriverait ! Je vous l’ai dit hier. Je sentais que le roi allait se déclarer en vous ! Il y avait votre force, votre âge. Il y avait l’occasion. Il y avait le voisinage d’Électre. Cela aurait pu être un coup de sang. Cela a été ça… Vous vous êtes déclaré !… Tant mieux pour la Grèce. Mais ça n’en est pas plus gai pour la famille.

CLYTEMNESTRE. – Quelles sont ces énigmes ? De quoi parlez-vous ?

LE MENDIANT. – Tant mieux pour nous aussi ! Puisqu’il doit y avoir un bras-le-corps, autant le bras-le-corps d’Électre avec la noblesse qu’avec la turpitude ! Comment cela vous est-il arrivé, Égisthe ?

ÉGISTHE, contemplant Électre. – Électre est là ! Je savais que j’allais la trouver ainsi, avec sa tête de statue, ses yeux qui ne semblent voir que si les paupières sont baissées, sourde pour le langage humain !

CLYTEMNESTRE. – Écoutez-moi, Égisthe !

LE PRÉSIDENT. –