Page:Giraudoux - Électre.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


tout le mal que nous pouvons trouver.

LE JARDINIER. – Ne les écoutez pas, étranger. On ne sait qui elles sont. Elles circulent depuis deux jours dans la ville, sans amis connus, sans famille ! Si on leur demande qui elles sont, elles prétendent s’appeler les petites Euménides. Et l’épouvantable, est qu’elles grandissent, qu’elles grossissent à vue d’œil… Hier, elles avaient des années de moins qu’aujourd’hui… Viens ici, toi !

DEUXIÈME PETITE FILLE. – Ce qu’il est brusque, pour un marié !

LE JARDINIER. – Regardez-la… Regardez ces cils qui poussent. Regardez sa gorge. Je m’y connais. Mes yeux savent voir pousser les champignons… Elle grandit sous les yeux…, à la vitesse d’une oronge…

DEUXIÈME PETITE FILLE. – Les vénéneux battent tous les records.

TROISIÈME PETITE FILLE,