Page:Giraudoux - Électre.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


pas défendues, étranger, tu t’en repentiras !

LE JARDINIER. – Affreuses petites bêtes. On dirait trois petites Parques ! C’est effroyable le destin enfant.

DEUXIÈME PETITE FILLE. – Le destin te montre son derrière, jardinier. Regarde s’il grossit !

PREMIÈRE PETITE FILLE. – Venez, sœurs. Laissons-les tous deux devant leur façade gâteuse.

Sortent les petites Euménides, devant qui s’écartent avec terreur les invités.



Scène II


L’étranger, le jardinier. Le président du tribunal et sa jeune femme, Agathe Théocathoclès, les villageois.


L’ÉTRANGER. – Que disent ces filles ! Que tu épouses Électre, toi, le jardinier ?

LE JARDINIER. – Elle sera ma femme dans une heure.

AGATHE THÉOCATHOCLÈS. – Il ne l’épousera pas. Nous venons pour l’en empêcher.

LE PRÉSIDENT. –