Page:Giraudoux - Électre.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


auquel on passe le plumet du roi pour détourner les coups des ennemis, l’arbore avec plus d’enthousiasme… Tu perds ton temps, le jardinier épousera Électre…

SERVITEUR. – Voici le mendiant, seigneur.

ÉGISTHE. – Retiens-le un moment. Offre-lui à boire. Le vin est à deux fins, pour le mendiant et pour le dieu.

SERVITEUR. – Dieu ou mendiant, il est déjà ivre.

ÉGISTHE. – Alors qu’il entre ; il ne nous comprendra pas, bien que nous ayons justement à parler des dieux. Cela peut même être curieux d’en parler devant lui. Ta théorie d’Électre est assez juste, président, mais elle est bien spéciale, elle est bourgeoise. En tant que régent, permets-moi de t’élever aux idées générales… Tu crois aux dieux, président ?

Cependant le mendiant est entré, dirigé par le serviteur et, avec des saluts empruntés, s’installe peu à peu sur l’escabeau, distrait pendant toute la première partie de la scène, et regardant autour de lui.

LE PRÉSIDENT. –