Page:Giraudoux - Électre.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


son bras. Par le bout de ses doigts. Par son sillage. Par son ombre. Je sanglotais en le voyant à terre, sa marque rouge au front !

CLYTEMNESTRE. – Tu riais à gorge déployée. La tunique, entre nous, était mauve.

ÉLECTRE. – Elle était bleue. Je la connais, la tunique d’Oreste. Quand on la séchait, on ne la voyait pas sur le ciel.

ÉGISTHE. – Vais-je pouvoir parler ! N’avez-vous pas eu le temps, depuis vingt ans, de liquider ce débat entre vous !

ÉLECTRE. – Depuis vingt ans, je cherchais l’occasion. Je l’ai.

CLYTEMNESTRE. – Comment n’arrivera-t-elle pas à comprendre que même de bonne foi, elle peut avoir tort ?

LE MENDIANT. – Elles sont de bonne foi toutes deux. C’est ça la vérité.

LE PRÉSIDENT. – Princesse, je vous en conjure ! Quel intérêt présente maintenant la question ?