Page:Giraudoux - Électre.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sur son visage… Prends de moi ta vie, Oreste, et non de ta mère !

ORESTE. – Pourquoi la hais-tu ?… Écoute !

ÉLECTRE. – Qu’as-tu ? Tu me repousses ? Voilà bien l’ingratitude des fils. Vous les achevez à peine, et ils se dégagent, et ils s’évadent.

ORESTE. – Quelqu’un nous surveille, de l’escalier…

ÉLECTRE. – C’est elle, c’est sûrement elle. C’est la jalousie ou la peur. C’est notre mère.

LE MENDIANT. – Oui, oui, c’est bien elle.

ÉLECTRE. – Elle se doute que nous sommes là, à nous créer nous-mêmes, à nous libérer d’elle. Elle se doute que ma caresse va t’entourer, te laver d’elle, te rendre orphelin d’elle… Ô mon frère, qui jamais pourra me donner le même bienfait !

ORESTE. – Comment peux-tu ainsi parler de celle qui t’a mise au monde ! Je