Page:Giraudoux - Amphitryon 38.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


JUPITER. — C’est là mon malheur ! Alcmène ne sait rien. Cent fois au cours de cette nuit j’ai cherché à lui faire entendre qui j’étais. Cent fois elle a changé, par une phrase humble ou charmante, la vérité divine en vérité humaine.

MERCURE. — Elle n’a pas eu de soupçons ?

JUPITER. — À aucun moment, et je ne supporte pas l’idée qu’elle puisse en avoir… Quels sont ces bruits ?

MERCURE. — Ma femme sourde a rempli son office. C’est Thèbes qui se prépare à fêter votre union avec Alcmène… Une procession s’organise, et semble monter au palais…

JUPITER. — Qu’elle n’y parvienne point ! Détourne-la vers la mer, qui l’engloutira.

MERCURE. — Impossible, ce sont vos prêtres.