Page:Giraudoux - Amphitryon 38.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ce doux intervalle, cette porte de tendresse, que les enfants, les chats, les oiseaux, aiment trouver entre deux vrais époux.

Bruit de la foule et musique.

AMPHITRYON. — Voilà que les prêtres donnent leur signal. Il ne doit plus être loin… Nous disons-nous adieu devant lui, ou maintenant, Alcmène ? Il faut tout prévoir !

LA VOIX CÉLESTE, annonçantAdieux d’Alcmène et d’Amphitryon !

AMPHITRYON. — Tu as entendu ?

ALCMÈNE. — J’ai entendu.

LA VOIX, répétantAdieux d’Alcmène et d’Amphitryon !

AMPHITRYON. — Tu n’as pas peur ?

ALCMÈNE. — Ô chéri, n’as-tu pas quelquefois, aux heures où la vie s’élargit, senti en toi une voix inconnue donner comme un titre à ces instants ?