Page:Giraudoux - Amphitryon 38.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Non, non, tout le danger réside dans la présence du mari de cette belle blonde !

JUPITER. — Comment sais-tu qu’elle est blonde ?

MERCURE. — Elle est blonde et rose, toujours rehaussée au visage par du soleil, à la gorge par de l’aurore, et là où il le faut par toute la nuit.

JUPITER. — Tu inventes, ou tu l’as épiée ?

MERCURE. — Tout à l’heure, pendant son bain, j’ai simplement repris une minute mes prunelles de dieu… Ne vous fâchez pas. Me voici myope à nouveau.

JUPITER. — Tu mens ! Je le devine à ton visage. Tu la vois ! Il est un reflet, même sur le visage d’un dieu, que donne seulement la phosphorescence d’une femme. Je t’en supplie ! Que fait-elle ?

MERCURE. — Je la vois, en effet…

JUPITER. — Elle est seule ?

MERCURE. — Elle est penchée sur