Page:Giraudoux - Amphitryon 38.djvu/223

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ALCMÈNE. — Vous êtes satisfait de n’avoir pas été mon amant ?

JUPITER. — Ce n’est pas ce que je veux dire…

ALCMÈNE. — Ce n’est pas non plus ce que je pense ! Jupiter, puisque vous êtes maintenant mon ami, parlez-moi franchement. Vous êtes bien sûr que jamais vous n’avez été mon amant ?

JUPITER. — Pourquoi cette question ?

ALCMÈNE. — Vous vous êtes amusé tout à l’heure, avec Amphitryon. Il n’y a vraiment pas eu de lutte entre son amour et votre désir… C’était un jeu de votre part… Vous aviez d’avance renoncé à moi… Ma connaissance des hommes me pousserait à croire que c’est parce que vous avez déjà eu satisfaction.

JUPITER. — Déjà ? qu’entends-tu par déjà ?

ALCMÈNE. — Vous êtes sûr que vous n’êtes jamais entré dans mes rêves, que