Page:Giraudoux - L’École des indifférents.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grands jeunes gens affables se passent un angora qui guettait les feuilles agitées par le vent et que l'un d'eux a surpris. Et voici, en forme de temple grec, le collège américain. Des pilastres aurifiés alternent avec des carrés de marbre. On dirait des dents d'or dans un râtelier. Au-dessus de chaque colonne, l'écusson d'une ville : À Détroit la vie vaut la peine d'être vécue. — À Los Angeles, la mort seule brise les amitiés. — À Troie, ville des ingénieurs, la liberté est restée dans chaque maison comme une fille majeure. Puis, sur les bancs de bois, voici les Russes, dont les yeux inclinés ne peuvent retenir la lumière et n'étincellent que par accident. Cependant, des lycéens français passent; eux seuls sont en uniforme; eux seuls sont en rang; mais auprès d'eux tous ces peuples semblent désorientés et tourmentés; mais eux seuls babillent et sont vivants. Miss Spottiswood les admire.

— J'envie les Français, dit-elle. Votre pays, avec ses routes, ses canaux, est comme ces crânes que l'on voit à la devanture des oculistes. Tout ce qui se passe en France est raisonné. Tout y est explicable. Tout effort