Page:Giraudoux - Simon le pathétique.djvu/221

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


p ’ œniomnn nu pxwnmxgun 213 raie de ses cheveux. Fiers d’avoir eu quatre couvées pour la patrie des moineaux, aux fenêtres les moineaux se reposaient. Un pêcheur ’ de truites jurait, car il avait pris un gardon à la ligne volante, — et le vieux pont, près du cheval pour les sangsues, ramassait patiemment aussi de ses quatre arches tout ce que l’eau contient de mousses, de rouille, et de nuages.