Page:Glatigny - Le Fer rouge, 1870.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Dont le nom veut dire grandeur.
Aux loups du nord, pleins de cyniques
Appétits, leurs blanches tuniques
Imposent encor la pudeur.

O villes saintes, ô martyres !
Vous dont les suaves sourires
Font baisser les yeux aux bourreaux,
Oh ! Quel pieux pèlerinage
Le monde fera, d’âge en âge,
Chez vous, nourrices de héros !

Mais à côté de ces guerrières,
Il est d’autres villes moins fières,
Bourgeoises dont l’unique plan
Est de vivre en paix dans la honte,
Et de lécher la main qui dompte :
N’est-ce pas, ô cité de Laon ?

Bah ! Que t’importe l’infamie,
Pourvu qu’on te laisse endormie
Dans ton égoïsme ouaté !
La gloire, quelquefois, ça coûte,
Et c’est du sang qu’il en dégoutte ;
C’est pénible, la liberté.

Pourquoi ne pas vivre à son aise,
Loin du bruit et de la fournaise ?
À quoi bon se brûler au feu ?