Page:Glatigny - Vers les saules, 1870.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Vous les jetez au vent et le vent me les donne.
Exécutez-vous donc, cher monsieur, je l’ordonne.
Ce cœur qui m’appartient, je le veux à l’instant.


Henri.

Chère belle, ce cœur, qui m’embarrassait tant,
Qu’en ferez-vous ?


Blondine.

Qu’en ferez-vous ? Qui sait ? une boucle d’oreille ;
Une grappe semblable aux grappes de la treille
Et que je presserai dans mes petites mains ;
La pelote de son où mes doigts inhumains
Enfonceront l’acier qui mord ma chevelure ;
Ou bien j’effilerai sa fine dentelure
Pour en garnir ma robe aux volants étagés.


Henri.

Ah ! mon cœur est bien vieux pour tant d’emplois ! songez…
Comment vous nomme-t-on ?


Blondine.

Comment vous nomme-t-on ? Blondine.


Henri.

Comment vous nomme-t-on ? Blondine.Ô Blondinette !