Page:Glatigny - Vers les saules, 1870.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Marcel.

Je ne dis pas non, mais…


Henriette, riant.

Je ne dis pas non, mais…Ah ! ah ! pauvre garçon !
J’ai retrouvé Henri. Vous savez la chanson ?


Marcel.

Mais être venu deux et rester seul, c’est bête,
Surtout quand le soleil vous donne sur la tête.


Henri.

Lydie est revenue, ô Calaïs ! allez
Chercher quelque amoureuse ailleurs, si vous voulez !


Henriette.

Adieu, Marcel ! l’oubli vous sera bien facile.

Elle prend le bras de Henri et sort en chantant :

Et l’on revient toujours
À ses premiers amours !