Page:Glatigny - Vers les saules, 1870.djvu/39

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Marcel.

Vous ayant… Mais, monsieur…Assez sur ce chapitre.


Pontchartrain.

Ah ! vous êtes encore un bien singulier pître,
Convenons-en ! Monsieur arrive là tout droit,
Me trouve ridicule, et je n’ai pas le droit
De me fâcher ! Allons, mais je n’aurais pas d’âme !


Marcel.

Encore un coup, monsieur, je m’adresse à madame.


Éléonore, avec douceur.

C’est à moi qu’il s’adresse.


Pontchartrain, anéanti.

C’est à moi qu’il s’adresse.Ah ! très-bien ! je me tais.
Grands dieux !


Marcel.

Grands dieux ! Figurez-vous, madame, que j’étais
À la campagne, avec une jeune amoureuse,
Charmante, vive et folle, un oiseau ! vaporeuse
À l’excès. Nous étions venus là pour dîner
Ensemble ; puis après ?… nous devions cheminer