Page:Gobat - En Norvège, impressions de voyage, 1902.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lac de la Norvège, le lac Mjœsen, sur lequel est situé Hamar où nous descendons pour déjeuner. Ici se détache une voie étroite qui continue jusqu’à Trondhjem, tandis qu’une ligne normale part dans la direction du nord-ouest et va jusqu’à Otta, où elle s’arrête. Ce tronçon est établi surtout pour ouvrir aux touristes la grande vallée de Gudbrandsdalen qui commence à Lillehammer, petite ville située à l’extrémité du lac Mjœsen.

Déjà les Anglais, attirés par la pèche, y affluent en grand nombre et ont fait de Lillehammer un centre d’excursions. C’est bien l’effet que produit cette petite ville, avec son grand hôtel, ses constructions modernes et le va-et-vient des étrangers à la gare. Nous qui désirons, le plus vite possible, sortir des chemins battus et échapper au flot des touristes, nous continuons notre route et arrivons à Otta, la dernière station du chemin de fer et la première station d’une route postale. Mais n’allez pas vous figurer que c’est en diligence que nous fîmes le trajet qui nous séparait de l’Océan. Cette sorte de véhicule n’existe pas en Norvège. Le moyen de locomotion le plus usité