Page:Gobineau - Nouvelles asiatiques 1876.djvu/236

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

IV
LA GUERRE DES TURCOMANS


Je m’appelle Ghoulam-Hussein. Mais comme c’était le nom de mon grand père, et que naturellement, mes parents, en parlant de lui, disaient toujours « Aga » c’est-à-dire monseigneur, on m’appelait seulement Aga, par respect pour le chef de la famille, dont le nom ne saurait se prononcer légèrement ; et c’est ainsi que je me nomme, comme les innombrables compatriotes que j’ai dans le monde et qui répondent à ce nom d’Aga, par le même motif que leurs grands pères se nommaient comme eux Aly, Hassan, Mohammed ou toute autre chose. Ainsi je suis Aga. Avec le temps et quand la fortune m’a souri, c’est-à-dire que j’ai eu un habit un peu propre et quelques shahys dans ma poche, j’ai trouvé convenable de me donner le titre de « Beg ». Aga-Beg ne fait pas mal. Malheureusement, j’ai été d’ordinaire si peu chanceux, que mon titre de Beg a disparu en maintes circonstances devant la triste physionomie de mon équipage. Dans ce cas là, je suis devenu Baba-