Page:Godwin - Les Aventures de Caleb Williams, I (trad. Garnier).djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tous les revers de fortune possibles ne pouvaient le priver. En un mot, elle jetait hors d’elle-même quand il était présent ; il était le sujet continuel de ses rêveries et de ses songes ; mais cette image ne faisait rien naître chez elle au-delà, du plaisir attaché à l’idée même.

La manière dont à son tour M. Falkland l’avait remarquée était assez propre à encourager un cœur aussi prévenu que celui d’Émilie. Il y avait dans ses regards un air de complaisance, quand ils lui étaient adressés. Il avait dit dans une compagnie, et une personne présente l’avait répété à miss Melville : « que cette jeune demoiselle lui paraissait tout-à-fait intéressante, qu’il était bien touché de lui voir un sort aussi peu assuré et aussi précaire, et que s’il n’avait pas peur de lui faire tort dans l’esprit soupçonneux de M. Tyrrel, il serait charmé de faire plus particulièrement sa connaissance ». Elle