Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


espèce ! Je ne lui veux point d’autre salut que de voir toutes ses vitres cassées.

BRANDER, frappant sur la table.

Paix-là ! paix-là ! écoutez-moi ! vous avouerez, messieurs, que je sais vivre : il y a des amoureux ici, et je dois, d’après les usages, leur donner pour la bonne nuit tout ce qu’il y a de mieux. Attention ! une chanson de la plus nouvelle facture ! et répétez bien haut le refrain avec moi !

(Il chante.)

Certain rat, dans une cuisine,
Avait pris place ; et le frater
S’y traita si bien, que sa mine
Eût fait envie au gros Luther.
Mais un beau jour, le pauvre diable,
Empoisonné, sauta dehors,
Aussi triste, aussi misérable ;
Que s’il eût eu l’amour au corps.

CHŒUR.

Que s’il eût eu l’amour au corps !