Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


C’est un beau chef-d’œuvre à citer que l’empoisonnement d’un pauvre rat !

BRANDER.

Tn prends le parti de tes semblables !

ALTMAYER.

Le voilà bien avec son gros ventre et sa tête pelée ! comme le malheur l’adoucit ! Dans ce rat qui crève, il voit son portrait tout craché !

FAUST et MÉPHISTOPHÉLÈS.
MÉPHISTOPHÉLÈS.

Je dois avant tout t’introduire dans une société joyeuse, afin que tu voies comme on peut aisément faire la vie ! Chaque jour est ici pour le peuple une fête nouvelle ; avec peu d’esprit et beaucoup de laisser aller, chacun d’eux tourne dans son cercle étroit de plaisirs, comme un jeune chat jouant avec sa queue ; tant qu’ils ne se plaignent pas d’un mal de tête, et que