Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mais sans aucuns soins,
La connaissance universelle,
Le plus souvent se révèle
À ceux qui la cherchent le moins.

FAUST.

Quel contresens elle nous dit ! Tout cela va me rompre la tête, il me semble entendre un chœur de cent mille fous.

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Assez ! assez, très-excellente sibylle ! donne ici ta potion, et que la coupe soit pleine jusqu’au bord : le breuvage ne peut nuire à mon ami ; c’est un homme qui a passé par plusieurs grades, et qui en a fait des siennes.

(La Sorcière, avec beaucoup de cérémonie, verse la boisson dans le verre ; au moment qu’il le porte à sa bouche, il s’élève une légère flamme.)
MÉPHISTOPHÉLÈS.

Vivement ! encore un peu ! cela va bien te réjouir le cœur. Comment, tu es avec