Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




Prologue sur le Théâtre.



DIRECTEUR, POÈTE DRAMATIQUE, BOUFFON.


LE DIRECTEUR.

Ô vous, dont le secours me fut souvent utile,
Donnez-moi vos conseils pour un cas difficile :
De ma vaste entreprise, amis, que pensez-vous ?
Je veux qu’ici le peuple abonde autour de nous,
Et de le satisfaire il faut que l’on se pique,
Car de notre existence il est la source unique.
Mais, grâce à Dieu, ce jour a comblé notre espoir,
Et le voici là-bas, rassemblé pour nous voir,
Qui prépare à nos vœux un triomphe facile,
Et garnit tous les bancs de sa masse immobile.
Tant d’avides regards fixés sur le rideau
Ont, pour notre début, compté sur du nouveau ;
Leur en trouver est donc ma seule inquiétude :
Je sais que du sublime ils n’ont point l’habitude ;
Mais, ayant lu beaucoup, il faut absolument,
Au neuf qui leur est dû, joindre quelque agrément.
Car, mon spectacle, à moi, c’est d’observer la foule,