Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec ardeur pour ma femme et mes enfans ; aussi le ciel me fut-il propice, car notre vaisseau prit un bâtiment de transport turc, qui portait un trésor du grand sultan ; il devint la récompense de nôtre courage, et j’en reçus, comme de juste, ma part bien mesurée. »

MARTHE.

Eh comment ! où donc ? il l’a peut-être enterrée.

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Qui sait où maintenant les quatre vents l’ont emportée ? Une jolie demoiselle s’attacha à lui, lorsqu’en étranger il se promenait autour de Naples ; elle agit envers lui avec beaucoup d’amour et de fidélité, tant qu’il s’en ressentit jusqu’à son heureuse fin.

MARTHE.

Le vaurien ! le voleur à ses enfans ! Faut-il que ni misère ni besoin n’aient pu empêcher une vie aussi scandaleuse !