Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


inoui. Disparaissez donc ! Nous avons déjà tout éclairci ; la canaille des diables ne connaît aucun frein ; nous sommes bien prudens, et cependant le creuset est toujours aussi plein. Que de tems n’ai-je pas employé dans cette idée ; et rien ne s’épure. C’est pourtant inoui.

LA BELLE.

Alors, cesse donc de nous ennuyer ici.

PROCTOPHANTASMIST.

Je le dis à votre nez, Esprits ; je ne puis souffrir le despotisme d’esprit ; et mon esprit ne peut l’exercer.

(On danse toujours.)

Aujourd’hui, je le vois, rien ne peut me réussir. Cependant je fais toujours un voyage, et j’espère encore à mon dernier pas mettre en déroute les diables et les poètes.

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Il va de suite se placer dans une mare ;