Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/304

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LES SOUPLES.

Qui peut avoir plus de vertus
Qu’un sans-souci ?..... rien ne l’arrête ;
Quand les pieds ne le portent plus,
Il marche très-bien sur la tête.

LES EMBARRASSÉS.

Autrefois, nous vivions gaîment,
Aux bons repas toujours fidèles ;
Mais ayant usé nos semelles,
Nous courons nus-pieds à présent.

FOLLETS.

Nous sommes enfans de la boue,
Cependant plaçons-nous devant ;
Car puisqu’ici chacun nous loue,
Il faut prendre un maintien galant.

ÉTOILE tombée.

Tombée, et gissante sur l’herbe,
Du sort je subis les décres ;
À ma gloire, à mon rang superbe,
Qui peut me rendre désormais ?

LES MASSIFS.

Place ! place ! au poids formidable,
Qui sur le sol tombe d’aplomb :