Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/311

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


la clef ; il n’y a ensuite qu’une main humaine qui puisse la délivrer. Je veillerai, les chevaux enchantés seront prêts, et je vous enlèverai. C’est tout ce que je puis.

FAUST.

Allons ! partons !



La Nuit, en plein Champ.

——


FAUST, MÉPHISTOPHÉLÈS, galopant sur des chevaux noirs.
FAUST.

Qui se remue là autour du lieu du supplice ?

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Je ne sais ni ce qu’ils cuisent ni ce qu’ils font.