Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


loin seulement, comment peut-on aspirer à le conduire un jour par la persuasion ?

FAUST

Vous n’y atteindrez jamais, si vous ne sentez pas fortement ; si l’inspiration ne se presse pas hors de votre ame, et si, par la plus violente émotion, elle n’entraîne pas les cœurs de tous ceux qui écoutent. Allez donc vous concentrer en vous-même, mêler et confondre ensemble les restes d’un autre festin, pour en former un petit ragoût... et faites jaillir une misérable flamme du tas de cendres où vous soufflez !... Alors vous pourrez vous attendre à l’admiration des enfans et des singes, si le cœur vous en dit ; mais jamais vous n’agirez sur celui des autres, si votre éloquence ne part pas du cœur même.

VAGNER.

Mais le débit fait le bonheur de l’orateur ; et je sens bien que je suis encore loin de compte.