Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Vers les gloires éternelles,
Tandis qu’il s’élance à grands pas,
Ses disciples fidèles
Languissent ici-bas :
Hélas ! c’est ici qu’il nous laisse
Sous les traits brûlans du malheur :
Ô divin maître ! ton bonheur
Est cause de notre tristesse.

CHŒURS DES ANGES.

Christ vient de ressusciter ;
Ô vous que sa voix appelle,
Des disciples troupe fidèle,
C’est vers lui qu’il faut monter :
Vous, que sa parole touche,
Vous, qu’inspire son amour,
Vous, prophètes, dont la bouche
Le célèbre nuit et jour…..
Montez, troupe fidèle,
Au céleste séjour
Où sa voix vous appelle !