Page:Goethe - Le Renard, 1861, trad. Grenier.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


jouniellement du train de ce monde. Car c’est ainsi qu il en est, c’est ainsi qu’il en sera, et voilà comment se termine notre poëme des faits et gestes de Reineke. Que Dieu nous accorde l’éternité bienheureuse ! Amen !



FIN