éléments Wikidata

Livre:Goethe - Le Renard, 1861, trad. Grenier.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Goethe - Le Renard, 1861, trad. Grenier.djvu
TitreLe Renard (Reineke Fuchs)
AuteurJohann Wolfgang von Goethe Voir et modifier les données sur Wikidata
TraducteurÉdouard Grenier Voir et modifier les données sur Wikidata
IllustrateurKaulbach Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionMichel Lévy frères, libraires-éditeurs (Collection J. Hetzel et Jamar)
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1861
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages


TABLE

Le roi des animaux convoque sa cour. — Absence de Reineke. — Le loup formule sa plainte contre le renard. — Le chien, le chat, la panthère, l’accusent à leur tour. — Le blaireau le défend. — Griefs du coq. — L’ours est chargé d’ajourner le renard à comparaître devant la cour. Page 9.

L’ours se rend à Malportuis et s’acquitte de son message. — Le renard le conduit chez Rustovyl, en lui promettant de l’y rassasier de miel. — L’ours est pris par la tête et par les pattes de devant dans un tronc de chêne. — Les paysans surviennent et l’accablent de coups. — Il réussit enfin à leur échapper, et se sauve à la nage. — Le renard l’aperçoit sortant de l’eau, et le rallie. — L’ours se traîne jusqu’à la cour et raconte au roi sa mésaventure. — Le chat reçoit la mission de porter à Reineke une nouvelle sommation. Page 25.

Reineke accueille le chat avec de grandes démonstrations d’amitié, et lui offre des souris pour souper. — En entrant dans le groupe du curé, pour chasser les souris, le chat a le cou pris dans un lacet. — Reineke va rendre visite à sa commère la louve, et lui joue un tour de sa façon. — Les cris de détresse du chat attirent tous les habitants de la cure, qui le rouent de coups; il s’échappe enfin en laissant un oeil à la bataille. — Le blaireau offre de porter au renard une troisième sommation. — Reineke consent à se rendre à la cour avec le blaireau. — En chemin il affecte une grande terreur et, comme pour se préparer à la mort, fait sa confession générale. — Le blaireau lui impose une pénitence et lui donne l’absolution. — Peu après, le renard, rencontrant des poulets, sont s’évanouir ses bonnes résolutions. Page 39.

Le renard en présence du roi. — Il expose ses moyens de défense. — Les témoins accusateurs sont entendus. — Malgré ses prodiges d’éloquence, Reineke est condamné à mourir par la corde. — Le chat, l’ours et le loup se chargent de l’exécution, et conduisent le renard à la potence. Ils insultent le patient, qui leur répond par des railleries. — Du haut de l’échelle, Reineke harangue les assistants. — Il annonce des révélations importantes. — Le roi ordonne de surseoir à l’exécution. Page 59.

Le renard se livre à de prétendues révélations dans lesquelles il compromet son propre père, l’ours, le loup, le chat et le blaireau, comme coupables de haute trahison. — Il obtient sa grâce, en promettant au roi de lui abandonner un trésor considérable. — Il expose ensuite au roi qu’il ne peut l’accompagner à la recherche du trésor, obligé qu’il est de se rendre à Rome, pour faire lever l’excommunication dont il est frappé. Page 73.

La disgrâce du loup, de l’ours et du chat couronne le triomphe du renard. — Celui-ci quitte la cour en costume de pèlerin, et feint de partir pour Rome. — Il se fait accompagner du lièvre jusqu’à sa demeure, et là, au lieu de faire ses adieux à sa femme et à ses enfants, il étrangle la pauvre bête, que l’on mange en famille. Prévoyant que le roi, désabusé sur l’existence du trésor, entrera dans une fureur terrible, le renard songe à émigrer en Souabe. — Sa femme le décide à ne pas quitter son château. — Le perfide charge le bélier de porter au roi la tête du lièvre, comme dans une besace qui est censée contenir des dépêches confidentielles. — Consternation de la cour à l’ouverture de la besace. — L’ours et le loup rentrent en faveur. — Le bélier leur est livré comme complice de l’assassinat du lièvre. Page 87.

Grand festival à la cour. — La joie universelle est troublée par l’arrivée du lapin qui a laissé une de ses oreilles entre les griffes de Reineke. — En contrefaisant le mort, le traître a de plus attiré à sa portée une corneille compatissante, qu’il a dévorée toute vive. — Indignation du roi, qui ordonne la prise d’assaut de la retraite du coupable. — Le blaireau se rend en toute hâte auprès de Reineke pour l’informer de cette décision. — Reineke fait ses adieux à sa femme, et lui déclare sa résolution de tenir tête à l’orage et de se rendre à la cour pour se justifier. Page 107.

Chemin faisant Reineke complète sa confession; puis il demande conseil au blaireau. — Les remontrances de celui-ci amènent Reineke à développer son système de morale. — Rencontre du singe, qui se rendait à Rome; il promet à Reineke de faire lever l’excommunication qui pèse sur lui. Page 123.

Reineke va s’agenouiller devant le roi, et, après avoir protesté de son dévouement, présente ses moyens de défense, et termine en offrant de se soumettre à l’épreuve du duel judiciaire. — La guenon prend chaudement le parti de Reineke, et réussit à calmer un peu la colère du roi. Page 137.

Reineke accuse le bélier d’avoir tué le lièvre pour lui dérober les présents magnifiques que lui, Reineke, envoyait au roi dans la besace, et notamment une bague, un peigne et un miroir doués de propriétés merveilleuses. — Il rappelle ensuite les services qu’il a eu l’occasion de rendre à Sa Majesté. — Le roi se montre disposé à faire de nouveau grâce à Reineke, à la condition que celui-ci se mettra en quête des fameux bijoux, mais le loup demande la parole pour articuler contre le fourbe de nouveaux chefs d’accusation. Page 153.

Le loup expose le méchant tour que lui a joué Reineke. — Celui-ci présente sa justification. — La louve porte plainte de son côté. — Le loup finit par jeter à Reineke le gant du combat. — Reineke accepta le défi. — La guenon lui donne des interdictions pour le faire sortir vainqueur de la lice. Page 173.

Le loup et le renard descendent dans l’arène. — Combat. — Reineke a d’abord l’avantage; mais le loup le terrasse et le somme de se rendre. — Reineke demande merci. — Tout en parlant, il répond adroitement le dessus, et s’acharne sur son ennemi vaincu. — Le roi sauve le loup d’une mort imminente, en faisant cesser le combat. — Reineke est comblé de félicitations. — Le roi le fait chancelier. Page 191.