Page:Gogol - Tarass Boulba, Hachette, 1882.djvu/41

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
28
TARASS BOULBA

lui l’homme qui, devant elle, était tombé dans la rue d’une manière si ridicule, elle partit de nouveau d’un grand éclat de rire. Et puis, il n’y avait rien de terrible dans les traits d’Andry ; c’était au contraire un charmant visage. Elle rit longtemps, et finit par se moquer de lui. La belle était étourdie comme une Polonaise, mais ses yeux clairs et sereins jetaient de ces longs regards qui promettent la constance. Le pauvre étudiant respirait à peine. La fille du vaïvode s’approcha hardiment, lui posa sur la tête sa coiffure en diadème, et jeta sur ses épaules une collerette transparente ornée de festons d’or. Elle fit de lui mille folies, avec le sans-gêne d’enfant qui est le propre des Polonaises, et qui jeta le jeune boursier dans une confusion inexprimable. Il faisait une figure assez niaise, en ouvrant la bouche et regardant fixement les yeux de l’espiègle. Un bruit soudain l’effraya. Elle lui ordonna de se cacher, et dès que sa frayeur se fut dissipée, elle appela sa servante, femme tatare prisonnière, et lui donna l’ordre de le conduire prudemment par le jardin pour le mettre dehors. Mais cette fois-ci, l’étudiant ne fut pas si heureux en traversant la palissade. Le gardien s’éveilla, l’aperçut, donna l’alarme, et les gens de la maison le reconduisirent à coups de bâton dans la rue jusqu’à ce que ses jambes rapides l’eussent mis hors de leurs atteintes. Après cette aventure, il devint dangereux