Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




CHAPITRE III
UN RIVAL INATTENDU — LE COMPLOT


— Non, amis, non, je ne veux pas. Assez de folies ! Tout doit avoir une fin. On ne nous traite que déjà trop de cerveaux brûlés ! Allons nous coucher !…

Ainsi parlait Levko à ses compagnons de noces qui voulaient l’entraîner à de nouvelles escapades.

— Adieu, frères. Bonne nuit. — Et il s’éloigna à grands pas.

« Ma Hanna dort-elle ? » pensait-il en s’approchant de la Khata aux cerisiers nains que nous connaissons.

Le silence fut soudain interrompu par des paroles échangées à voix basse.