Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


cun se travestisse comme bon lui semblera.

— Arrière, toi, tête de Cosaque, dit notre robuste polisson en frappant pied contre pied et en faisant claquer ses mains. Quelle fête ! quelle liberté ! quand tu te mets à délirer, il te revient comme une bouffée des anciens temps. C’est bon à ton cœur libre et ton âme est comme dans le paradis. Hé compagnons ! Hé ! amusez-vous !…

La foule s’élança bruyamment à travers les rues ; et les honnêtes vieilles femmes, réveillées par les cris, soulevaient leurs fenêtres, et en se signant de leurs mains endormies, elles murmuraient : « Allons, les parobki s’amusent aujourd’hui. »