Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/121

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


lui. La vie n’y était plus ! il était étouffé.

— Il ne l’avait pas volé ! le maudit goulu !… exclama le bailli.

— Volé ou non ! depuis ce soir, ma belle-mère n’eut plus de repos. Aussitôt la nuit, le mort se dressait ; il s’asseyait à cheval sur la cheminée, le maudit, et tenait la galouchka entre ses dents. Pendant le jour tout allait bien ; aucune trace de lui ; mais aussitôt qu’il faisait sombre… regardez le toit ; il enfourche déjà le tuyau, ce fils de chien !…

— Et la galouchka entre ses dents ?

— La galouchka entre ses dents.

— Etrange ! compère ; j’ai entendu quelque chose d’approchant, moi aussi, à propos de la défunte…

Mais le bailli s’arrêta, on entendait vers la fenêtre du bruit et un piétinement de danseurs. D’abord, les légers sons de la bandoura auxquels vint s’ajouter une voix. La bandoura résonna plus fort ; plusieurs voix l’accompagnaient et la chanson éclata comme un ouragan :