Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


C’est ainsi qu’un vieux matou expérimenté laisse parfois courir autour de sa queue une souris sans expérience, tout en échafaudant un plan pour lui couper la retraite.

L’œil solitaire du bailli était encore fixé sur la fenêtre que déjà sa main, après avoir fait signe au dizainier, s’était emparée du loquet en bois de la porte… et, soudain, dans la rue, une rumeur s’éleva…

Le distillateur qui, à une foule d’autres qualités, joignait la curiosité, bourrant rapidement sa pipe, se précipita à son tour dehors, mais les espiègles étaient déjà dispersés.

— Non ! tu ne m’échapperas pas ! criait le bailli, en traînant par la main un individu enveloppé dans un touloupe noir retourné[1].

Profitant de la circonstance, le distillateur accourut regarder le visage de ce trouble-fête, mais il recula effrayé en apercevant une longue barbe et un museau entièrement peint.

— Non ! tu ne m’échapperas pas, criait le

  1. Pelisse de peau de mouton dont la laine se trouve à l’intérieur.