Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Un bras blanc apparaît d’abord à la fenêtre, bientôt suivi d’une charmante petite tête aux yeux clairs luisant doucement à travers des flots de cheveux d’un blond sombre.

Elle s’accoude ; et il voit… elle secoue légèrement la tête, elle agite ses mains ; elle sourit… son cœur tressaille soudain… l’eau tremble et la fenêtre se referme.

Il s’éloigna doucement de l’étang et observa la maison : les volets mornes étaient ouverts ; les vitres étincelaient aux rayons de la lune.

« Voilà comment il faut ajouter foi aux racontars des gens, pensa-t-il. La maison est toute neuve : les couleurs sont aussi vives que si elle était peinte d’hier. Elle est habitée. »

Et, silencieux, il se rapprocha.

Mais, dans la maison, tout était calme.

Les chants éclatants des rossignols se répondaient avec force et sonorité ; et, quand ils semblaient expirer dans la langueur et l’abandon, on entendait le frôlement et le crépitement des grillons ou le gloussement de l’oiseau des marrais frappant de son bec poli le large miroir des eaux. Une paix douce