Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


drait comme le diable — Dieu me pardonne — l’éleveur d’abeilles. Je préfère, si Dieu me donne vie jusqu’à l’année prochaine, publier un autre livre ; alors on pourra effrayer avec les revenants et autres merveilles qui se passaient au bon vieux temps dans les pays orthodoxes. Au nombre de ces histoires, vous trouverez peut-être aussi les contes de l’éleveur d’abeilles lui-même à ses petits-enfants. Pourvu qu’il vous plaise de me lire et de m’écouter, j’aurai bientôt, quant à moi (si ce n’était ma maudite paresse de chercher), réuni assez d’histoires pour faire dix volumes pareils.

Je m’aperçois tout à coup que j’ai oublié le principal : quand vous voudrez venir me rendre visite, messieurs, prenez droit le grand chemin qui conduit à la Dikagnka. J’ai précisément mis ce nom à la première page de ce volume pour que vous trouviez plus vite notre hameau. De la Dikagnka elle-même, vous avez, je pense, assez entendu parler. Vous savez bien que là les maisons sont plus belles