Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


que la chaumière de quelque éleveur d’abeilles. Quant au jardin public, il n’y a pas à y contredire : Vous n’en trouverez certes pas un pareil dans votre Pétersbourg.

Une fois à Dikagnka, demandez au premier gamin en chemise sale que vous rencontrerez gardant les oies :

« Et où demeure l’éleveur d’abeilles Roudiy Panko ? »

— Hé ! par là, vous répondra-t-il, en montrant la direction du doigt ; et même, si vous le voulez, il vous conduira jusqu’au hameau.

Je vous prierai seulement de ne pas trop vous croiser les mains derrière le dos en faisant le fier, car chez nous, les routes ne sont pas aussi unies que devant vos palais. Ainsi, Foma Grigorievitch en venant de Dikagnka chez nous, il y a deux ans, eut l’occasion de visiter malgré lui une ornière avec sa nouvelle voiture et sa jument baie, bien qu’il conduisît lui-même et qu’en outre de ses yeux, il mit encore de temps à autre des yeux achetés.