Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ne pourriez mettre entre les mains un simple bréviaire vu qu’ils n’y comprendraient rien ; mais, pour rire de vous, exhiber leurs dents à leur propre honte, cela, ils le savent. Tout ce que vous leur racontez est sujet à rire. Voilà à quel point l’incrédulité s’est répandue dans le monde ! Ainsi, le croiriez-vous (Dieu et la sainte Vierge me renient, si cela n’est pas), un jour, je parlais de sorcières devant des gens et, parmi eux, il s’est trouvé un luron qui ne croyait pas aux sorcières !

Oui, je puis le dire, j’en ai rencontré dans ma vie de ces incrédules, à qui il coûte moins de mentir à confesse qu’à nous autres de prendre une prise de tabac. À ceux-là, naturellement, les sorcières n’ont jamais fait peur. Mais qu’il se dresse tout à coup devant eux… je tremble même de dire quoi… au fait, inutile de s’occuper de ces gens-là.

Il y a de cela plus de cent ans, disait mon défunt grand-père, personne n’aurait pu reconnaître notre village : un hameau, le plus pauvre des hameaux ! Une dizaine de chaumières pas même blanchies à la chaux, mal couvertes, se dressaient çà et là au milieu du