Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


pour tout un tas de ces jouets, je ne te demanderai qu’un seul service.

— Donne, diable, s’écria Petro, je suis prêt à tout.

Ils se tapèrent mutuellement dans la main.

— Attention, Petro ! tu viendras au moment convenu. C’est demain la Saint-Jean — c’est dans cette seule nuit de l’année que la fougère fleurit. Ne laisse pas échapper l’occasion. Je t’attendrai cette nuit dans le Fossé de l’ours.

Je crois que les poules n’attendent pas la fermière qui leur apporte du grain avec plus d’impatience que Petrus n’attendit le soir. Il ne faisait que regarder si l’ombre des arbres ne s’allongeait pas, si le soleil couchant ne prenait pas son éclat pourpre, et chaque minute augmentait sa fièvre.

— Que le temps est long !

Voilà, cependant, le soleil disparu ! Le ciel n’est plus rouge que sur un point de l’horizon ; mais là aussi s’éteint la lumière. La fraîcheur s’élève des champs. Il se fait sombre, plus sombre encore ; il fait nuit ! Enfin !…