Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


soir venu, quelque chose frappait sur le toit et grattait le mur.

Mais quoi ! Ainsi à présent, sur la place même où est bâti notre village et où tout semble tranquille, il n’y a cependant pas bien longtemps encore que feu mon père se souvenait et moi aussi que les braves gens ne pouvaient passer auprès du cabaret en ruines ; longtemps la race impure l’entretint à son compte. Du tuyau du poêle noirci la fumée s’échappait en colonne et s’élevait si haut que, quand on la regardait, le bonnet tombait de la tête ; cette fumée se répandait en tisons embrasés sur les steppes ; et le diable (je ne devrais même pas nommer ce fils de chien !) le diable sanglotait si plaintivement dans sa retraite, que les corbeaux, effrayés, s’envolaient de la forêt de chênes voisine et sillonnaient le ciel avec des cris sauvages.