Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le jeune homme comprit immédiatement que le père de sa bien-aimée n’était pas très désagréable ; et il se prit à combiner un plan pour le mettre dans son jeu.

— Toi, mon bon, tu ne me connais probablement pas ; mais moi, je t’ai reconnu tout de suite.

— C’est possible que tu m’aies reconnu.

— Si tu veux, je te dirai et ton nom et ton prénom et tout ce qui te concerne. Tu t’appelles Solopi Tcherevik.

— C’est bien cela, Solopi Tcherevik.

— Et regarde-moi bien, peut-être me reconnaîtras-tu ?

— Non, je ne te connais pas ; et cela soit dit sans te fâcher. Dans ma longue vie, j’ai tant vu de museaux divers, que ce serait le diable de me souvenir de tous…

— C’est dommage que tu ne te rappelles pas du fils de Holopoupenko ?

— Tu serais donc le fils d’Okhrimo ?

— Et qui le serait ? à moins que ce ne soit le Domovoi[1].

  1. Lutin domestique.